VISITE PRO

Un cours grandeur nature.

Explications par la professeure, D.BRUNIE

Dans le cadre du « chef d’œuvre », épreuve obligatoire aux examens professionnels, une sortie pédagogique avec les BAC PRO IPB (Intervention sur le Patrimoine Bâti) a été organisée Vendredi 15 Avril, à Conques, en Aveyron.

L’occasion de parler d’Histoire, de Sciences et bien évidemment de leur métier respectif, la Charpente et la Maçonnerie, pour expliquer les secrets de la célèbre Abbatiale Sainte-Foy.

Œuvre

Un travail exemplaire

Maxime RIGO, apprenti en BAC PRO IPB Charpente, à l’Ecole des Métiers du Lot a réalisé en atelier une œuvre particulièrement difficile :

Le sujet que j’ai choisi avec mon formateur, Éric Nonorgues, est une ferme sur blochet à entrait retroussé. C’est un type de charpente très répandu dans notre région. Inventé durant le 15ème siècle afin de dégager les combles pour y stocker des denrées ou les aménager. D’après moi c’est un type de ferme qu’il faut connaitre car elle est basique et courante.

Pour réaliser ce projet, j’ai commencé par définir les sections de bois que je voulais utiliser. Dans un deuxième temps, j’ai tracé mon épure en fonction des dimensions choisies et des sections. L’épure est, pour faire simple, soit un dessin de l’ouvrage à l’échelle 1/1, soit en grandeur réelle. Elle sert à trouver les coupes, les assemblages et plusieurs autres choses. Puis, j’ai débité mon bois à la section et longueur définies par l’épure. Une fois les pièces tracées, je passe à la taille de la ferme. Il est impératif d’être précis et minutieux dans toutes les étapes de la réalisation car, sur de grandes longueurs, la moindre imprécision se fait ressentir (et j’en ai fait les frais !). 

Le tracé des épures se pratique de moins en moins : en effet, à cause de la technologie numérique, les dessins se font plus souvent par ordinateur, mais selon moi, c’est un savoir ancestral qu’il ne faut pas laisser tomber !

Environ 25 heures ont été nécessaires pour venir à bout de cette maquette d’une petite charpente traditionnelle.

INNOVATION

Arrivée d’un simulateur de peinture automobile.

test du simulateur en classe

Depuis 1 mois, les apprenti.e.s en CAP Peinture en Carrosserie ont la chance de pouvoir exercer la peinture sur simulateur. Après quelques minutes d’adaptation au casque de réalité virtuelle, la manipulation s’avère très pratique pour appréhender la dextérité, la prise en main du pistolet, et effectuer les premiers essais de peinture en évitant le gâchis et la perte de matière première.

CONCOURS BOUCHER

Une première édition sous le signe de la convivialité !

Lundi 11 avril 2022, au CFA de Muret, l’INTERBEV Occitanie (Association Nationale Interprofessionnelle du Bétail et des Viandes) organisait la première édition de son concours “les Planches Bouchères d’Occitanie. Les équipes d’apprenti.e.s devaient présenter deux planches de tapas : une bouchère ET une flexitarienne qui devait respecter la saisonnalité des produits.

la “flexi” lotoise

Merci à notre équipe -en rouge sur la photo- 2 apprentis et 2 adultes en formation continue, pour son état d’esprit et de partage lors de cette journée riche en enseignements : Julien DEL BEN-BESOMBES, Nicolas ANTOINE, Théo PELIGRI, Pauline RIVIERE.

Elle a obtenu la troisième place avec les honneurs ! Chaque candidat est reparti avec la plaque correspondant à son prix.

« 1 de 2 »

CHANTIER ECOLE

Des apprentis peintres au centre de secours principal de Cahors.

Dans le cadre d’une convention entre les Pompiers du Lot et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat du Lot, dix apprentis du CAP peintre applicateur de revêtements vont pourvoir apprendre en situation réelle.

Accompagnés de leur professeur, Monsieur Emmanuel Godart, les dix apprentis en première année de CAP, âgés de 17 à 46 ans, se sont rendus au centre de secours principal de Cahors. Ils ont été accueillis le 1er Mars par le Commandant François Chanson, chef du centre d’incendie et de secours de Cahors, et par son adjoint, le Capitaine Dorian Munoz.

Cette convention qui fait partie intégrante d’un projet pédagogique d’une durée de 2 ans va permettre aux apprentis, habitués à la peinture en cabine, de travailler dans des conditions professionnelles.

Le centre de secours principal de Cahors, avec ses 700m², offre un lieu privilégié pour réaliser des interventions de peinture. Un couloir du centre d’incendie et de secours sera le premier terrain d’exercice des apprenants.

L’ensemble du matériel nécessaire aux travaux a été fourni par le service bâtiment et logistique des Pompiers du Lot.

Les risques professionnels étant particulièrement prégnants dans le milieu du bâtiment (chute de plain-pied, de hauteur, blessure par outillage, intoxication…), une sensibilisation aux gestes qui sauvent sera dispensée aux dix apprentis et à leur encadrement. Une visite et une présentation du centre d’incendie et de secours sera également proposée.

Article et photos © Les Pompiers du Lot